Messages

Affichage des messages du août, 2021

Création et logique marchande (Les créateurs 2)

Le problème de nombreux artistes québécois, voire francophones, c’est qu’ils obéissent – sans doute bien malgré eux – à cette logique marchande insufflée par leurs agents et par toute cette faune qui vit de la création, peut-être dans l’intérêt des créateurs, mais dans cet intérêt immédiat qui ne va jamais au-delà du court terme. Et cela touche autant les auteurs, les compositeurs, les interprètes que les artistes en art visuel, scénique et autres. Cette logique prétend, par exemple, qu’un groupe rock ou pop doit limiter le nombre de disques qu’il pourrait sortir en raison de l’étroitesse du marché. Selon leurs analystes de haute voltige, le marché ne saurait absorber plus d’un produit culturel par année par artiste. Comme vous pouvez le constater, nous sommes bien dans cet univers marchand qui voit les œuvres comme des « produits » devant être « mises en marché » en fonction d’une « clientèle cible ». Quand je fais allusion à cette faune, j’inclue bien entendu les bureaucrates de la c