Messages

Affichage des messages du mars, 2021

Présentation de René Guénon (Métaphysique et recherche de sens 4)

Image
Depuis la pandémie, je suis devenu bizarre, du moins suffisamment bizarre pour inquiéter certains amis qui, pourtant, me voient très peu compte tenu des restrictions sanitaires. Parmi ces bizarreries, cette nouvelle habitude de lire des œuvres en séries, comme celles d’Henri Verne (Bob Morane), des auteurs de Perry Rhodan, et même celle de Jules Romains dont le roman - Les hommes de bonne volonté - compte vingt-sept volumes. Et puis j’ai pris une autre décision, aussi bizarre que les précédentes, et que je mets en pratique en parallèle : celle de lire, par ordre chronologique de parution, l’œuvre intégrale de René Guénon, ce penseur ésotérique qui a passé sa vie à tenter de comprendre le sens des choses, apprenant des langues (le grec, le latin, le sanscrit, l’arabe, pour ne citer que celles-là), lisant des textes sacrés des grandes traditions religieuses (bouddhisme, hindouisme, taoïsme, islam et, bien entendu, judaïsme et christianisme), frayant avec des courants spiritualistes pour

La question des origines

Pendant longtemps, quand je rencontrais une personne issue de l'immigration dans une soirée ou à un événement quelconque, je lui posais inévitablement la question de ses origines, du pays ou de la région d'où il provenait. Pour moi, il ne s'agissait pas d'une question destinée à souligner son caractère étranger, mais simplement un moyen de connecter avec elle. D'ailleurs, elle m'en était généralement reconnaissante parce que, souvent, dans la salle où nous nous trouvions, j'étais la seule personne à s'intéresser à elle. Cette curiosité s'avérait pour moi, comme pour elle, une qualité. J'étais - et je suis toujours - un homme curieux, heureux de me trouver avec une personne en mesure de me parler de son pays, de sa région, de comment il vivait là-bas, de ce qu'il mange, etc. Aussi, lors de mes études de maîtrise à l'Université de Montréal, je me suis très vite lié à un groupe de quatre Tunisiens qui ont fini - pour au moins deux d'entr